Zoom sur les conseils donnés aux auto-entrepreneurs

auto-entrepreneur

Vous avez décidé de vous mettre à votre compte pour réaliser le projet qui vous tient à cœur ? Vous allez donc passer sous le régime de micro-entrepreneur. Mais gérer une affaire n’est pas toujours chose aisée et il y a des subtilités à connaître et des pièges à éviter pour ne pas avoir à mettre la clef sous la porte au bout de quelques semaines d’activité. Les conseils aux petites entreprises suivants vont vous aider.

Les conseils donnés aux auto-entrepreneurs

Maintenant que vous avez franchi le pas, le but est de pérenniser votre activité. Pour que votre affaire soit stable, suivez les recommandations ci-dessous :

  • Bien choisir son lieu de travail
  • Surveiller le chiffre d’affaire
  • Gérer convenablement ses factures
  • Prendre garde à la TVA
  • Bien déclarer son chiffre d’affaire
  • Veiller à l’engagement de la responsabilité personnelle

Le choix du local d’activité est primordial. Lorsque vous commencez, le mieux est de vous installer chez vous afin de limiter les coûts liées aux diverses factures comme l’eau, l’électricité…Car il faut savoir qu’avec le statut d’auto-entrepreneur, vous n’avez pas besoin d’autorisation administrative pour que votre domicile devienne votre local professionnel.

En tant que micro-entrepreneur, il y a un chiffre d’affaire à ne pas dépasser. Le cas échéant, Les démarches administratives pour procéder à la bascule sont complexes. Utilisez des logiciels spécifiques pour gérer vos factures sous peine d’être rapidement débordé.

Même si les micro-entrepreneurs ne peuvent facturer de TVA à leurs clients, il faut savoir qu’ils sont également dans l’impossibilité de la récupérer.
N’oubliez-pas de déclarer votre chiffre d’affaire régulièrement, même s’il est nul, sous peine de vous voir infliger des charges supplémentaires.

Pensez aux créanciers qu’il va vous falloir rembourser régulièrement. En cas de non-paiement des factures et de litiges avec un client, votre responsabilité peut être engagée et vous devrez rembourser les créanciers avec votre patrimoine personnel (excepté la résidence principale).

Conseils et pièges à éviter

Prenez garde à certains organismes qui vont vous demander de payer différents services.

Le statut d’auto-entrepreneur ne comprenant aucune charge fixe, vérifiez-bien la nature du paiement qui vous est demandé. Votre statut vous oblige à certaines obligations, mais pas à celles comme l’inscription à des annuaires, le droit à des outils de gestion… Ne payez pas de frais inutiles, surtout si vous venez de vous lancer.

Certains organismes vont vous demander de payer des frais d’immatriculation, alors que les auto-entrepreneurs en sont dispensés.

Certaine sociétés utilisent des noms qui ressemblent beaucoup aux noms d’administrations officielles et vont vous envoyer des lettres de mise en demeure pour paiements non effectués, ne tombez-pas dans le piège !

Les organismes officiels possèdent votre numéro de sécurité sociale, c’est donc un gage de sécurité s’il apparaît sur un courrier à votre intention. Si vous recevez un courrier avec des Conditions Générales de Vente (CGV) au dos, cela signifie qu’il est envoyé dans un but commercial. Si vous devez payer une taxe officielle auprès du RSI ou de l’URSSAF, les CGV n’apparaîtront pas.

Veillez à vous assurer correctement ! En cas de problème, si vous n’êtes pas ou mal assurés, vous mettrez en danger l’avenir de la société et le votre.
Les artisans doivent souscrire à une assurance décennale. Si l’activité nécessite des déplacements en véhicule, n’oubliez-pas de modifier l’assurance automobile !

Pour en savoir plus

Les meilleurs moyens de communication pour les PME

Articles en relation